Call-girl du Tout-Paris : Confessions d'une "fille" de Madame Claude

June 14, 2021
Call-girl du Tout-Paris : Confessions d'une

Lorsqu’elle a été recrutée par Madame Claude, Patricia estdevenue « Florence ». C’était en 1975 et elle venait d’avoir 18ans. Durant l’été, à Saint-Tropez, elle avait baguenaudé avec laprincipale recruteuse de la maquerelle chic, une certaine CatherineVirgitti. La jeune fille de bonne famille s’est laissée tenter parl’aventure. La clientèle de Madame Claude, triée sur le volet,savait se tenir. Hommes d’affaires de renom, piliers de laRépublique ou milliardaires étrangers attirés par le sexe made inFrance, ils avaient de l’éducation, comme les filles qui lesrecevaient à domicile.De ses clients, Patricia parle parfois avec émotion, en particulierde l’un d’eux, tombé amoureux de cette fille un brin fleur bleu, uncertain Giovanni Agnelli, dit « l’Avvocato », PDG de Fiat, qu’ellerejoignait souvent en avion, à Milan ou à Rome. Un grand patronfrançais lui proposa un jour 50 000 francs pour qu’elle porte sonenfant…Cette promenade au fil des années 1970-80, empreintes d’une libertéregrettée, se prolonge vers des zones plus sombres après ladisparition de deux collègues, envoyées auprès d’un chef d’État auYemen, et retrouvées assassinées. Patricia devait faire partie duduo et n’a dû qu’au hasard de rester à Paris. Elle a vouluconnaître la vérité sur la mort de ses amies, impliquant lesservices secrets de plusieurs pays, mais la raison d’État en adécidé autrement.Après l’arrestation de Madame Claude, coincée par le fisc, Patriciavend ses charmes autour de la Place de l’Étoile et découvre lesopiacés. Au passage, le patron de la brigade des Stups, charmé, lasort de garde à vue pour dîner avec elle. Elle devient une figurede la nuit parisienne, s’attable dans les meilleurs établissementsauprès de Serge Gainsbourg et de Catherine Deneuve, d’Alain Delonet de Mireille Darc…Désormais âgée de 64 ans, Patricia assume tout, raconte tout, sansfard ni détour, avec émotion et franchise.